La manif du 30 juin et ses suites

Cette manifestation se veut être le début d’une mobilisation large contre la fermeture de l’usine et contre les licenciements partout. Toute la population est concernée car il y a 3000 emplois induits menacés d’être supprimés. Si l’usine disparaît c’est forcément une catastrophe sociale, donc la question ne se pose pas, il nous faut réagir, trouver les moyens d’imposer la préservation d’une activité et des emplois. Donc d’autres rendez-vous seront prévus dès la rentrée de septembre. On vous dit qu’on ne lâchera pas, il n’y a aucune raison, c’est l’affaire de tout le monde, la bataille ne fait que commencer.

C’était une manifestation modeste, nous n’étions que 400 en tout
et seulement une trentaine de salariés Ford.
Mais c’était une belle manif, fraternelle, il y avait du soutien et
de la solidarité avec la présence de délégations de salariés de
GM&S (La Souterraine), Métal Aquitaine (Fumel), Bosch (Rodez), des
cheminots de Paris-gare de l’Est et de Toulouse. Etaient aussi
présents Loïc Prud’hommes (député LFI de Gironde), JP Mercier
(ouvrier chez PSA Poissy, pour LO), Olivier Besancenot (pour le NPA).
Enfin nous avions reçu le soutien de plusieurs organisations syndicales
(Solidaires 33, FSU33, CNT…), d’associations (Attac, Emmaus…), de
Collectifs (CIPG, AC!…), de partis politiques (PCF, PG,
Génération.s, LO, NPA…).

(Corresponcence) Un petit article sur notre "jounal" interne à la CGT Ford le "Bonnes nouvelles"

 

site internet: https://www.cgt-ford.com/